En 2010, le premier rendez-vous donné au public a eu lieu du 10 au 13 novembre. Sous la forme d’un festival de proximité, Ponso souhaitait, dans une ambiance détendue et riche en événements culturels, faire découvrir (ou redécouvrir) le village et son histoire.

Affiche_Festival_PONSO_380p

Nous avons voulu réveiller ces différentes mémoires, en sollicitant les quelques anciens qui y vivent encore, et ceux qui ont connu la vie de l’usine, des boutiques, des chemins pavés, des bassins, etc.

Le but était de restituer ces différentes mémoires à travers des histoires, des récits sur le village, sur la vie à l’Éperon et raconter aux nouvelles générations la vie lontan dans un endroit qu’ils côtoient tous les jours.

Un travail de collecte de témoignages a ainsi été effectué en amont auprès de la population, entre autres, par 3 étudiants du BTS AGTL de Plateau Caillou, qui nous ont ainsi permis de proposer des visites guidées du village, durant les 4 jours de manifestations qui viennent de s’écouler.

Ces visites avaient pour point de départ et de relais les locaux qui accueillaient les 2 expositions Ponso :

  • Le Poteau Rose : exposition des photos réalisées au sténopé par les enfants de l’école, entre février et mai 2010, lors d’un atelier animé par Marianne Jerez et Antonio Prianon
  • Le Local de la SEDRE : exposition de photos et projection de 2 films courts sur l’Eperon, réalisés par laurie-Anne Courson et des enfants du village

Les lieux importants de ces visites étaient la cheminée de la vieille usine, la boutique de Madame Harry, la case 1925, l’ancien hôpital et le Karo Banoir.

Les ateliers

Les mercredi 10 et jeudi 11 novembre, les enfants du village ont pu s’initier au moringue et à la percussion africaine, encadrés respectivement par Ernaud Iafare et l’Association Zekli Kann. Ces 2 ateliers ont ensuite fait l’objet d’une restitution commune, sur la grande scène du Karo Banoir, le samedi 13 novembre à 17h.

Jeudi 11, Les Francas proposaient un atelier « Arbre à contes » dans le Local SEDRE.

Le samedi 13, de 10h à 17h, un atelier arts plastiques, basé sur la découverte des graines, était proposé par l’Association Kaz Kabar.

Les spectacles 

14 spectacles ont été programmés durant les 4 jours du festival, dans des domaines aussi variés que la musique, le théâtre, la danse, le conte …

Mercredi 10 en fin d’après midi, le groupe 4 Maron a joué à la Kaz Jean Marie ; puis le public s’est dirigé chez Madame Lakia pour une soirée de contes, « Racontèr Zistoir », avec Jean Laurent Faubourg, Pascale Blanchet, Alexandrine Dijoux et Raymonde Lucilly…

Jeudi 11, Jean Bernard Ifanohiza a joué, devant trente  personnes, sa dernière création « Fé pa lo tour la tab », à la Salle Polyvalente. La soirée a continué chez Monsieur Clément avec Jimmy Désamb en concert.

 

Vendredi 12, la Compagnie Tamam a présenté « Ma Main gauche » devant une quarantaine de personnes, également à la Salle Polyvalente. Monsieur Clément nous a accueilli à nouveau pour un apéro concert avec Jozefinn ; enfin la soirée s’est poursuivi chez Jean Marie pour un Kazkidanse de la Compagnie Tetradanse.

Samedi 13, Ponso a investi le Karo Banoir dès 9h du matin, avec un rishofé animé par Na soulaz in pé.

Une scène a ensuite accueilli des concerts tout l’après midi et un espace bar et restauration était proposé au public. De 14h à 22h, le public a pu apprécier les numéros de corde, jonglage et acrobatie de la Compagnie Cirquons Flex, puis la prestation de Gous Tamarin, avant la restitution des ateliers moringue et percussions qui avaient eu lieu durant la semaine. Ensuite, une démonstration de quadrille nous a été proposée par Mika Renambatz et sa vingtaine de dalons ; avant d’assister à la projection du film « Eperon 67 » durant lequel Teddy Iafare-Gangama nous a offert son fonkérr.

Enfin, Danyel Waro a clôturé cette journée festive, jouant pendant 2h15, devant environ 600 personnes.

Ce sont en tout un millier de personnes qui sont passées par le Karo Banoir de l’Eperon, ce samedi 13 novembre 2010.